30 km/h, ça marche ?

Vote en ligne terminé !

 

Depuis bientôt 20 ans, la municipalité étend progressivement les zones à 30 km/h. Aller encore plus loin ou non, et envisager une généralisation de ce dispositif, telle est aujourd’hui la question posée ! Une consultation est ouverte jusqu’à fin juin. 

Saviez-vous qu’aujourd’hui, à Lorient, 90 % des voies sont limitées à 30 km/h ? À la clé, une réduction importante des accidents, avec une baisse d’environ 30 % entre 2008 et 2017, et même de 60 % quand on parle d’accidents graves. Les zones 30 participent aussi au mieux vivre-ensemble : piétons, cyclistes, automobilistes, usagers des transports en commun, tout le monde profite de la diminution du bruit, du stress et de la pollution. Il est donc légitime que les habitants interrogent régulièrement la municipalité sur la généralisation de cette réglementation, notamment lors des réunions publiques de quartier.


Aujourd’hui, trois pistes sont à l’étude.

1/ Conserver la situation actuelle, à savoir des quartiers avec des zones 30 et des zones 20 – les fameuses zones de rencontre –, et des grands axes à 50 km/h.

2/ Poursuivre la généralisation des zones 30 et ne garder que quelques axes reliant le centre-ville à 50 km/h.

3/ Etendre les zones 30 à l’ensemble du territoire.

 

Dans ces trois cas, la desserte portuaire resterait limitée à 70 km/h et les zones de rencontre à 20 km/h. 

Rappelons qu’en zone 30, dans les rues à sens unique, le cycliste peut circuler à double-sens. Les mises en zone 30 peuvent s’accompagner de réaménagements légers de voirie : rétrécissements de chaussée, réorganisation du stationnement... Alors, à vous de choisir !